Answered By: Hermine Diebolt
Last Updated: 22 May 2020     Views: 340

Le 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée d'un groupe de cas de pneumonie de cause inconnue avait été signalée pour la première fois à Wuhan en Chine.

Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises ont confirmé avoir identifié un nouveau virus : un coronavirus (CoV), temporairement nommé «2019-nCoV». Les coronavirus (CoV) forment une grande famille de virus qui provoquent des manifestations allant du simple rhume à des maladies plus graves. Le nouveau coronavirus (nCoV) est une nouvelle souche qui n'a pas été identifiée auparavant chez l'homme.

Le 11 mars 2020, l'OMS déclare que l'épidémie de coronavirus est une pandémie mondiale.

Les signes courants d’infection sont les symptômes respiratoires, la fièvre, la toux, l’essoufflement et la dyspnée. Dans les cas plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort.

 

Réponses :

Le 24 avril 2020, l'ONU, en association avec de nombreux ‎partenaires, lance le Dispositif pour accélérer l’accès aux ‎outils de lutte contre la COVID-19 [en] (Dispositif ACT)., une collaboration mondiale pour accélérer le développement, la production et l'accès équitable aux nouveaux diagnostics, thérapies et vaccins de la COVID-19.

Le 25 mars 2020, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a annoncé le lancement du Plan mondial de réponse humanitaire au COVID-19.

Le 23 mars 2020, le Secrétaire général a appelé à un cessez-le-feu mondial immédiat dans toutes les zones de combat.

Le 13 mars 2020, l'OMS a annoncé le lancement d’un nouveau fonds de riposte à la COVID-19 pour lever des capitaux auprès des particuliers, des sociétés et des institutions partout dans le monde pour contribuer directement à la lutte contre la pandémie. 

Le 1er mars 2020, l'ONU a débloqué 15 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d'urgence (CERF) pour aider les pays vulnérables à lutter contre la propagation de la COVID-19.

Le 29 février 2020, un nouvel avis concernant le transport international en rapport avec la flambée épidémique causée par le nouveau coronavirus 2019 nCoV [en] a été publié. Il annule et remplace l'avis publié le 27 janvier 2020.

Le 28 février 2020, l'OMS a rehaussé l'évaluation du risque de propagation et du risque d'impact de la COVID-19 à « très élevés ».

Le 11 février 2020, en vertu de directives convenues entre l'OMS, l'Organisation mondiale de la santé animale et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, un nom a été choisi pour la maladie : COVID-19.

Le 30 janvier 2020, suite à l'avis de la deuxième réunion du Comité d'urgence de l'OMS, le Directeur général de l'OMS a déclaré que l'épidémie de 2019-nCoV constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI).

Le 27 janvier 2020, l’avis concernant le transport international en rapport avec la flambée épidémique causée par le nouveau coronavirus 2019 nCoV a été mis à jour avec des conseils pour le dépistage d'entrée dans les pays / zones sans transmission du nouveau coronavirus 2019-nCoV qui choisissent d'effectuer un dépistage d'entrée.

Le 24 janvier 2020, l'avis concernant le transport international en rapport avec la flambée épidémique causée par le nouveau coronavirus 2019 nCoV a été mis à jour : la transmission interhumaine a été confirmée en grande partie dans la ville de Wuhan, mais aussi dans d'autres régions en Chine et dans le monde. L'épidémiologie de 2019-nCoV n'est pas suffisamment connue pour tirer des conclusions définitives sur les caractéristiques cliniques complètes de la maladie, l'intensité de la transmission interhumaine et la source d'origine de l'épidémie.

Les 22 et 23 janvier 2020, les membres et les conseillers du Comité d'urgence de l'OMS [en] ont délibéré pour déterminer si le nouveau coronavirus est une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Plusieurs membres ont estimé qu'il était encore trop tôt pour déclarer une USPPI, étant donné sa nature restrictive et binaire.

Le 21 janvier 2020, l'OMS a publié les Orientations provisoires pour la surveillance mondiale de l’infection humaine par le nouveau coronavirus (‎‎‎‎2019-nCoV)‎‎‎‎ à l'intention des États membres pour les aider à adapter les mécanismes de surveillance existants ou à mettre en œuvre de nouveaux mécanismes de surveillance pour le 2019-nCoV et à faciliter la notification des cas de 2019-nCoV à l'OMS à des fins de surveillance mondiale.

Le 10 janvier 2020, l'OMS a publié un avis concernant les voyages et les ‎échanges commerciaux internationaux en rapport ‎avec la flambée épidémique de pneumonie ‎causée par un nouveau coronavirus en Chine.

 

 
Mesures de protection essentielles contre le nouveau coronavirus
 
La plupart des personnes infectées présentent des symptômes bénins et guérissent, mais d’autres peuvent avoir une forme plus grave. Prenez soin de votre santé et protégez les autres en suivant les conseils ci-après :
 
  • Se laver fréquemment les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  • Maintenir une distance d’au moins 1 mètre avec les autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
  • Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement – jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée et se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  • Tenez-vous au courant des dernières évolutions concernant la COVID-19. Suivez les conseils de votre médecin, des autorités de santé nationales et locales ou de votre employeur pour savoir comment vous protéger et protéger les autres de la COVID-19.

Cette FAQ sera mise à jour à mesure que de nouvelles informations sur la propagation de la maladie seront disponibles.


Sujets:
Dernière mise à jour: 22 May 2020     Vues: 340

Résponsabilité

Limitation de résponsabilité : les réponses sont rédigées par les employés de la Bibliothèque et à jour lors de leur publication; elles peuvent inclure des liens et références sur des sites Internet, des bases de données, des articles ou des livres publiés par des tiers. Cela n'implique aucun aval de la part des Nations Unies.